Bas relief Médusa

Il existe deux versions de cette tête de Méduse, une en argile et une en plâtre. La version d’argile est celle de départ, elle a servi à réaliser le moule dans lequel la deuxième version en plâtre a été coulée, mais n’est pas restée identique car j’y ai retravaillé. Ce thème est dans mes favoris et pour bien des raisons, et j’avais absolument besoin d’une interprétation personnelle. De la victime du bourreau qui a besoin de son pouvoir à la créative assassine qui tue pour sculpter, le paradoxe de cette créature est fascinant. Personnellement je préfère “animer” mes sculptures en mettant mon cœur à l’ouvrage, c’est plus “humain”. Travailler l’argile et le plâtre qui sont des matériaux non polluants et issus de la terre me permet de donner une valeur naturelle à l’interprétation et par là une dimension spirituelle écologique. Il est difficile de renoncer à des matériaux modernes à base de résine et je continue d’en utiliser pour les possibilités expressives et plastiques qu’ils permettent, mais j’aimerais que tout soit aussi pur et évident que la terre. La lecture de l’image est volontairement facile, je tiens à ce que le résultat soit à portée de tous, et soit aussi une invitation à en savoir plus pour qui ne connaît pas. Le visage demeure immobile et l’expression se veut relativement calme même si l’inquiétude est apparente. Le mouvement se trouve dans les serpents sinueux dont les bouches sifflantes donnent l’alerte. Le drame qui va suivre n’existe que dans le pressentiment représenté par l’agitation des serpents, et dans l’idée du spectateur qui connaît l’histoire. Comme l’original d’argile est ressorti presque indemne du moule je l’ai récupéré nettoyé et retravaillé. La différence entre les deux versions fait que ce sont deux œuvres distinctes sur le même thème avec la même base. Dans cette dernière séance de travail j’ai cherché à accentuer l’expression ce qui a donné une version plus obscure et plus intense. Accentuer les niveaux y a contribué car cela a approfondi les ombres, en fin de compte il ne s’agit ici que d’ombre et de lumière sur de la terre.
Dimensions 26x28x5cm. Travail effectué en partie à l’académie et en partie à la maison. Le plâtre a été fait en cours de “Tecniche della formatura” et le bas relief d’argile en “tecniche della scultura” La version d’argile finie à la maison est à ce jour encore crue car l’école est fermée, je mettrai l’article à jour après cuisson. J’ai hâte de retourner en cours, confronter son propre travail celui des autres au quotidien est une motivation qui nous pousse tous à donner le meilleur, nos échanges et sourires la joie d’apprendre et ma voisine qui danse autour de son “trespolo” sur une musique que je n’entends pas et le prof qui passe pensif et observateur entre nous pour s’arrêter là ou c’est nécessaire, toute cette ambiance j’espère la retrouver bientôt!
#iostoacasa #abafi #accademiabelleartifirenze #corsicadiaspora #covid19
www.medusa.corsica

Version originale en argile juste avant la prise de forme, cette version n’existe plus
Forme en plâtre creuse et ce qui reste de l’original au fond
Apparition du positif en plâtre par destruction du moule
Positif en plâtre vue de haut
Positif en plâtre vu de biais
Positif en plâtre vu de face
Version d’argile après modifications 5mars2020.
Version plâtre Finie et version argile crue avant séchage 5mars2020

Bozzetto Paolo

Bozzetto Paolo, troisième et dernière séance de modelage « dal vivo ». Le premier jour alors que Bozzetto avait juste des moignons un torse de trapeziste élargi et une grosse tête de troll, le prof est passé, a regardé, a sourit, est parti, il n’a plus rien dit. Là on peut supposer tout et n’importe quoi, j’ai décidé de travailler et d’attendre le coup de grâce 🙃 Je sais ou sont mes erreurs, la pose est sensiblement différente car j’ai accentué la torsion du bassin donc en fait tout mon modèle est faux donc je sais déjà ce que je vais entendre comme critique à propos des proportions et de la pose, le mystère réside dans ce que je n’ai pas vu. J’ai travaillé à contre jour au fond de la salle et c’est vraiment difficile, j’ai visualisé des erreurs en tournant le bozzetto à la lumière pour mieux le photographier à la fin. Parfois le modèle passe dans les rangs pendant ses pauses de pose, et alors que je m’appliquais à placer un zizi en appuyant grossièrement dessus il m’a dit « attenta non schiacciare troppo li » « attention de ne pas trop écraser ici ». le dernier jour il m’a dit « tu m’as fait un gros nez », il n’a rien dit à propos du zizi mais le nez ne lui a pas plu, il m’a dit aussi qu’il aimait bien Rodin donc ça va le Mienville en première année n’a pas trop à s’inquiéter j’ai le temps de m’améliorer.
J’ai ajouté à ces photos celle du même modèle mais dans une autre pose, il s’agit de la deuxième épreuve de l’examen d’admission, en bas relief. C’est tout pour aujourd’hui, ciao!

Bozzetto Au début, c’est comme Avec une imprimante 3D mais avec les doigts!
Bas relief « dal vivo » deuxième épreuve d’examen d’entrée

Salamandre corse en pleine mutation dans le Fium’Orbu

Salamandre corse après mutation à pois fluorescents, Fium’Orbu 1 septembre 2019.

Dernièrement j’ai pu constater une mutation de la salamandre corse dans le Fium’orbu, par rapport à celle qu’on connait celle ci est énorme et ses taches jaunes sont fluorescentes. J’en ai capturé une qui est désormais visible à l’atelier, infos sur la page « à propos« .
Challenge de groupe AFCInspiration par thème publié sur le journal Parole de Pâte.

après cuisson une petite mousse!
Comment j’ai triché … hahaha!
caillou chaud, lézarder, vivre ici c’est cool!
photo de nuit à l’atelier 😉