Bozzetto Paolo

Bozzetto Paolo, troisième et dernière séance de modelage « dal vivo ». Le premier jour alors que Bozzetto avait juste des moignons un torse de trapeziste élargi et une grosse tête de troll, le prof est passé, a regardé, a sourit, est parti, il n’a plus rien dit. Là on peut supposer tout et n’importe quoi, j’ai décidé de travailler et d’attendre le coup de grâce 🙃 Je sais ou sont mes erreurs, la pose est sensiblement différente car j’ai accentué la torsion du bassin donc en fait tout mon modèle est faux donc je sais déjà ce que je vais entendre comme critique à propos des proportions et de la pose, le mystère réside dans ce que je n’ai pas vu. J’ai travaillé à contre jour au fond de la salle et c’est vraiment difficile, j’ai visualisé des erreurs en tournant le bozzetto à la lumière pour mieux le photographier à la fin. Parfois le modèle passe dans les rangs pendant ses pauses de pose, et alors que je m’appliquais à placer un zizi en appuyant grossièrement dessus il m’a dit « attenta non schiacciare troppo li » « attention de ne pas trop écraser ici ». le dernier jour il m’a dit « tu m’as fait un gros nez », il n’a rien dit à propos du zizi mais le nez ne lui a pas plu, il m’a dit aussi qu’il aimait bien Rodin donc ça va le Mienville en première année n’a pas trop à s’inquiéter j’ai le temps de m’améliorer.
J’ai ajouté à ces photos celle du même modèle mais dans une autre pose, il s’agit de la deuxième épreuve de l’examen d’admission, en bas relief. C’est tout pour aujourd’hui, ciao!

Bozzetto Au début, c’est comme Avec une imprimante 3D mais avec les doigts!
Bas relief « dal vivo » deuxième épreuve d’examen d’entrée

Argile au Museo Civico di Modena

J’aimerais vous dire que c’est facile, mais non ça ne l’est pas! En fait la terre par rapport à l’argile synthétique c’est complètement différent et bien plus capricieux! Ça me fait penser à cette réplique de Star Wars « tu dois désapprendre tout ce que tu as appris ». J’ai mis une bonne heure à patouiller avant de comprendre la règle du jeu, le bon taux d’humidité pour que les parties s’ajoutent bien sans craquer, que la structure soit assez dure pour ne pas céder en la tournant pour travailler d’un côté puis de l’autre et encore assez souple pour suivre mes modifications sans craquer. Partir de la forme ronde d’un bol vers un crâne à museau allongé m’a intéressé car j’ai pu tester les limites de la terre face aux exigences « de la force » car c’est loin d’être du chewing-gum! Je me souviens du potier de Taravu qui en quelques minutes tourne un vase comme moi je mange une glace, pour arriver à ce niveau y’a du boulot! Depuis quelques jours je suis inscrite à un cours du soir organisé par le Musée de Modena en partenariat avec Robby Paltry sculptrice, et j’apprends pas à pas les différentes techniques et propriétés de la terre. C’est en cours que j’ai fait le bol que j’ai rapporté à la maison que j’ai ensuite travaillé sur trois jours, je n’ai pas osé faire souffrir davantage la matière après tout je débute! Vivement le prochain cours!
Première boule de terre = un crâne de dragon

D’un bol à un crâne de dragon, technique du colombin ajouts et barbotine

premières empruntes au cours du soir, avec Robby Paltry et une autre participante au cours du soir

Photos prise après quasi deux semaines de séchage =

Photos prise après quasi deux semaines de séchage