Giro al Pitti, Firenze

Encore une belle journée. Avant la rentrée et avant d’être débordée je profite du beau temps pour découvrir ce que je devais visiter le semestre précédent. L’effet surréaliste des masques est atténué, c’est moche mais au moins on vit. Je transpire dans le mien, traverser la ville depuis la gare par le Ponte Vecchio puis monter les marches du musée dans l’immense palais Pitti, c’est du sport. Les gens, finalement présents et aux langages variés, avec leurs masques ne choquent plus dans le décor, on s’habitue à cette forme de vie au provisoire qui dure. Puis devant les collections le reste n’a plus d’importance, Canova Ciseri Boldini Fattori Rosso Raffaello et marbres antiques nous remplissent l’esprit et je dois m’asseoir un peu devant certaines pièces qui méritent l’instant de vie que je leur dédie, c’est trop beau. Pendant que je suis assise devant un Raffaello, je vois passer des couples qui déambulent sans même regarder les merveilles sur les murs, ils semblent éblouis par l’or des moulures et des cadres plus que par les œuvres elles mêmes. Dans le fond je les comprends, la profusion d’oeuvres a quelque chose d’enivrant et on marche entre ces murs comme on danse sur une valse, le plus important pour eux est d’y valser ensemble. Moi je ne sais plus, je sors de là étourdie et je me demande si c’est vrai ce que j’ai vu ou si je l’ai rêvé, je repars par le Ponte Vecchio un regard Piazza della Signoria un autre sur le Duomo et je trace vers la gare, je reviens bientôt …

raffaello sanzio madonna della seggiola
Canova, Venere
Ciseri Ecce Uomo
Ottavio Vannini, il Magnifico incontra Michelangelo che gli mostra la testa di un fauno, 1638-1642. Affresco. Firenze, Palazzo Pitti
Canova e il corso
Menardo Rossi, ragazza che ride
Alimondo Ciampi
Giovani Boldini
Vittorio Matteo Corcos
Palazzo Pitti, Firenze
Cortile Palazzo Pitti e giardino Boboli
Grotta del Buontalenti, giardino Boboli del Palazzo Pitti, Firenze.
Città di Firenze dal Boboli

Transhumance immatérielle en céramique

La transhumance, inscrite au patrimoine culturel immatériel par l’Unesco en 2019 à la demande de trois pays Européens dont l’Italie. Ce projet est une invitation à prendre le temps du voyage, le temps d’aller d’un pâturage à un autre, d’un lieu de nourriture culturelle à un autre, et de savourer la vie. Une invitation à prendre conscience de l’héritage culturel sous différentes formes y compris celle du savoir faire et du bien être animal dans un monde ou tout doit être productif avant d’être beau et bon. J’ai imaginé cette installation dans la cour du palais Medici-Riccardi à Florence, mais cette idée peut aussi voyager de peuple en peuple porté par les lieux culturels chers à chacun.
Projet d’installation pour l’examen de « Tecniche della ceramica » 2020 Accademia Belle Arti di Firenze. J’ai imaginé cette installation dans une structure de fer d’une dizaine de brebis en céramique façon barbotine coulées dans le même moule avec dorure sur les mamelles et cristalline de finition sur la couleur.

Progetto 2020 installazione arte contemporanea « transumanza immateriale » casa Medici Firenze
schizzi di studio della forma, la pecora corsa
(c)mienville pecora corsa a ghisonaccia
Pecora corsa foto a Sant Antonio di Ghisonaccia (c)mienville
Bozzetto di polimero nella realtà
Bozzetto di resina e foto montaggio
stampo-barbottina-aerografo studio per la formatura e il colore delle pecore
colore del pascolo
Progetto transumanza installazione di scultura ceramica arte contemporanea 2020 casa Medici