Bozzetti Leonardo

Après un début d’année confinés nous avons pu réintégrer nos ateliers, moyennant maintes précautions et surtout à tour de rôle. Tout doit donc se faire quand même mais dans un temps mesuré. Je vous montre aujourd’hui le résultat des deux premières études en atelier. Le modèle est un homme jeune et musclé, il est en vrai prof de sport et ça se voit. Les deux poses de cette série sont similaires pour la mise en valeur des muscles du torse. Je sais qu’il faut compter et mesurer pour les proportions, mais j’ai encore tendance à ne faire que ce que je vois. Je vérifie après si les proportions sont correctes mais ce n’est pas mon point de départ, car je cherche d’abord l’axe l’équilibre puis seulement les proportions. La plastique générale, chose étrange, me semble parfois parfaite quand le travail n’est pas abouti et ne ressemble à rien. Je suppose qu’il y a là matière à réfléchir et discuter, de l’importance de la perfection figurative dans ce qui est beau tout simplement, la beauté de l’abstrait et de l’essentiel. Certains de mes collègues réalisent une idéalisation de la figure dans la pure tradition de la renaissance et leur travaux sont sublimes, moi je m’intéresse au vrai de ce que je vois et si le modèle était laid je m’attacherais à faire quelque chose de beau à partir la vérité en cherchant ce qu’il y a de beau dans l’humanité. Là le modèle est beau, donc ce n’est pas compliqué en apparence, mais en fait c’est compliqué de voir le beau de la sculpture et de le dissocier du beau du modèle, cela demande une sélection volontaire dans la perception de celui qui regarde. « Ne me dis pas que je suis belle parce que j’ai l’air d’avoir seize ans vingt ans trente ans cinquante ans … dis moi que je suis belle parce que je vis dans ton regard. » te dira la sculpture.

I miei compagni, la gioia di stare insieme a lavorare 💚 la joie d’être ensemble à travailler en bonne compagnie
folletto e bozzetto

Bozzetto plouf ado

Thème du plongeon à l’adolescence, conscient du danger l’ado attend son tour

Bozzetto: Adolescent qui attend son tour pour sauter du rocher à la rivière. Même s’il sait que la profondeur est suffisante et que les autres avant lui ont déjà sauté et sont remontés, la crainte de l’inconnu et de l’invisible sous la surface le retient. Le temps et l’espace, l’appréhension devant le futur, la vie qui se profile dans une cascade sombre.

Bozzetto plouf ado
al fiume

Don Marc 2020

Après des mois d’abandon nous avons retrouvé notre atelier commun à l’Académie et redécouvert ce que nous y avions laissé, la nature ayant repris ses droits nous avons eu quelques surprises. Certaines sculptures avaient carrément de la mousse haute mais la mienne avait un simple et léger duvet vert. Ce portrait de mon fils fait en janvier 2020 juste avant la crise Covid avait été abandonné non fini, il me restait à sculpter le regard qui était à peine esquissé, et je devais remodeler un peu les cheveux. Presque tout vert à la reprise début décembre, j’ai dû choisir entre nettoyer gratter et refaire ou préparer pour la cuisson. Mon professeur m’a dit une chose bien interessante: d’une part que la mousse disparaitra à la cuisson et d’autre part que ce portrait non fini appartenait au passé alors qu’il fallait aller de l’avant, que s’il ne me plaisait pas comme ça je n’avais qu’à en refaire un autre. Je suis sûre que son conseil pour ce travail particulier me sera utile dans bien d’autres cas, et dans ce cas précis l’effet surprise de la mousse et les traces d’emballage marquées par l’abandon montreront ce que ce virus a eu sur la sculpture en parallele avec son impact sur nos vies. Non fini et rongé par la nature qui reprend ses droits sur la terre, ce portrait restera ainsi. Je le prépare pour la cuisson et attend de voir ce que ça donnera.

Retrouvailles de décembre
Seance de pose en classe de sculpture à l’académie janvier 2020
à la recherche tactile du visage qui immerge de la terre
Verification de la ressemblance et des proportions
juste avant les cheveux!
Avec des cheveux 😉
Dernière version début février avant le confinement, restait à terminer les yeux et les cheveux
Retour en classe après des mois, mi décembre enfin le casse tête …
09 dicembre: Tête vidée et recollée, mise en séchage avant cuisson.

Ritratto di Leo in BD

Sguardo tramite app sul ritratto Leo
giro attorno al ritratto di Leo in aula di scultura

Prima di pubblicare il ritratto finito, condivido questo video in cui lo si vede a tutto tondo con un filtro automatico che ne modifica l’aspetto e di conseguenza l’approccio visivo. Ci possiamo chiedere in che modo il video e il programma utilizzato per modificarlo influisce sulla nostra percezione di un opera d’arte. Secondo voi ciò che vediamo ora è ancora una scultura oppure un personaggio di cartoon?

Avant de publier le portrait fini, je partage cette vidéo dans laquelle on peut le voir sous tous les angles avec un filtre visuel automatique qui en modifie l’aspect et par conséquent l’approche visuelle. On peut se demander en quoi la video et le programme utilisé pour en modifier l’aspect influe sur la perception d’une oeuvre d’art. D’après vous ce que ce l’on voit est encore une sculpture ou un personnage de bande dessinée?

Scuola a turno

scultura “manifesto” stato d’anima in lockdow fatta nel 2020 cotta a febbraio 2021

Siamo felici lo stesso, ma bisogna ammettere che dobbiamo sbrigare le sculture, non si prende nemmeno il tempo di pisciare. Ieri ho finito un ritratto, e osservando le foto vedo solo che erano necessarie ancora ore di lavoro. Questa fotografia, scattata dopo l’uscita dal forno delle mie opere dell’anno scorso, mette in scena la scultura fatta durante il lockdown di primavera 2020 che rappresenta una scultura rotta alla quale è stato vietato di “andare” “fare” “pensare” , che ora serve di modella in aula siccome fosse ormai una normalità di soffrire di divieti. Il modello nuovo : fare turni correre e sacrificare lezioni. La presenza delle Nike un aula ha un importanza di significato nell’immagine, un ruolo, un messaggio, il ricordo di ciò che fu una vittoria che ora predomina nella nostra speranza. L’arte deve interpellare, non solo i sensi con l’estetica ma anche e direi sopratutto il cuore con lo spirito.

L’école à tour de rôle. Nous sommes heureux quand même, mais il faut admettre que nous devons nous dépêcher avec les sculptures, sans même prendre le temps de pisser. Cette photographie, prise après la cuisson de mes œuvres de l’an dernier, met en scène la sculture faite pendant le confinement de printemps 2020 qui représente une sculpture cassée a qui on a interdit “d’aller” de ”faire” et de ”penser”, et qui à présent sert de modèle en salle comme si dorénavant il serait “normal” de souffrir d’interdits. Le nouveau modèle : aller en cours à tour de rôle courir entre les cours et l’ordi et sacrifier certaines leçons. La présence de la victoire de Samothrace dans notre salle de cours a une signification importante dans l’image, un rôle, un message, le souvenir de ce qui fut une victoire prédomine désormais dans notre espérance. L’art doit interpeller, pas seulement les sens grâce à l’esthétique mais aussi et je dirais même surtout le coeur avec l’esprit.