Aleria, archéologie et sculpture contemporaine

Une balade dans le temps et l’espace. Images du musée dans le fort d’Aleria et du site archéologique sur la colline qui domine la mer. Paysages de ruines dont les volumes sont à imaginer à partir des bouts de colonnes et murets qui formaient les espaces de vie. Paysages de collines vertes plongeant dans la mer, invitation au voyage de l’esprit, les pieds dans le passé le coeur au présent les yeux dans l’avenir. Paysages ou l’art à ciel ouvert prend toute sa splendeur. J’ai toujours aimé ce site et son musée, si intime et si proche, et les sculptures de Charbonnel l’accrochent dans le présent de la plus poétique des unions.
Images prises ce matin du 14 juin 2019.
Catherine Mienville Lanfranchi

Musée d’Aleria et sculpture Charbonnel « tête de Persée »
Musée d’Aleria
Musée d’Aleria
Musée d’Aleria
Musée d’Aleria
Musée d’Aleria, rython tête de chien
Musée d’Aleria Rython
Musée d’Aleria, Lion Etrusque
Vue sur le Tavignanu entre le Musée et le site archéologique
Aleria Veilleur monumental par Charbonnel à l’entrée du site archéologique
Veilleur par Charbonnel vue sur les collines d’Aleria
Veilleur par Charbonnel, détail.
Site archéologique d’Aleria
Site archéologique d’Aleria
Site archéologique d’Aleria
Aleria, Persée et tête de Méduse par Charbonnel
Aleria. Tête de Méduse par Charbonnel, Détail
Aleria, site archéologique et sculpture monumentale de Charbonnel, Persée et tête de Méduse.
Aleria, site archéologique
Aleria, vue du fort/musée depuis le site archéologique

Informations
Aleria le Musée: https://aleria.fr/musee-aleria.php
Information sculpteur Charbonnel http://www.christophecharbonnel.fr/
INRAP archéologie sur Aleria: https://www.inrap.fr/les-archeologues-de-l-inrap-decouvrent-une-tombe-etrusque-en-hypogee-aleria-14206

Printemps de Corse

Photos choisies parmi mes clichés de ce printemps avec plein de fleurs et des matières, pluvieux et neigeux même mais avec énormément de lumière. Juin est là avec ses agréables degrés, le bleu commence à dominer le vert … à très bientôt!
#ghisonaccia #corseorientale www.medusa.corsica

Raisin jeune et monts enneigés des neiges surprises de mai
Iris à la maison
Figuier de barbarie en fleurs
Kraken
fleurs couleur méduse
hécatombe de méduses roses
Méduse rose après la tempête
matières, huitres vermoulues et arbre échoué sur fond de sable
Iris et palmiers
Citronnier 4 saisons, nouveau compagnon au jardin
Atelier coucher de soleil
Marguerites du 2 juin
Moi le 2 juin 2019

Les fourmis

Ce matin en arpentant mon jardin à la recherche de fourmis j’ai pensé à Mr Tweedy de Chicken Run qui était persuadé que les poules complotaient car elles étaient trop sages et top discrètes pour être innocentes. Oui, Mr Tweedy avait raison car ses poules complotaient aussi bien que le font mes fourmis. Mes fourmis et moi c’est une vielle histoire, les fourmis des autres je ne sais pas mais les miennes je les connais. Quand je ne les vois pas c’est qu’elles complotent. Forcément comme cela fait des années que j’essaie de les tuer il ne faut pas s’étonner d’une riposte, et quand tu ne vois pas ton ennemi c’est que tu es mal, très mal. Déjà enfant un de mes jeux favoris était la grande inondation de la fourmilière géante du milieu de la place à l’aide du tuyau d’arrosage. Pourtant elles n’étaient pas vilaines celles ci, elles étaient grosses et assemblaient les teignes en monticules terreux sans vraiment nuire aux maison. Les nouvelles fourmis on muté, plus petites et bicolores, se sont des comploteuses, en plus elles mordent, des monstruosités de malice pour passer entre les pierres sous le crépit et sous la dalle, pour sortir à des endroits impossibles. J’avais lu sur internet que le marc de café était un poison pour elles, j’ai donc cessé de le jeter au composteur pour le jeter sur les fourmilières. Sans haine particulière, juste pour les tuer simplement, et qu’elles cessent enfin de manger le torchis de l’atelier et le ciment de la maison, en crevant les petits ronds de café usé d’une fourmilière à l’autre lors de mes promenades assassines. Aujourd’hui j’ai fait la visite de contrôle, et les fourmilières sont abandonnés tels nos villages sans route après le tarissement des sources. D’abord on pourrait se réjouir, à savoir que probablement les fourmis sont mortes. Mais non. Elles complotent. Et un jour ou je ne m’y attendrai pas, en un lieu surprenant, elles vont surgir comme de la lave d’un volcan pour se venger, et me tuer les nerfs.