Reportage au Domaine Amuredda

Ceux qui me connaissent savent que je n’aime pas les produits chimiques, que la couleur je préfère la voir sur les perles les sculptures et les peintures que sur mon visage, alors forcément c’est avec plaisir et conviction que je vous partage ce jour ma visite en plein coeur de la nature. C’est sur la route de Poggio à Prunelli di Fium’Orbu que se trouve le domaine Amuredda, une courte balade entre la mer et les collines, au bout d’un sentier parfumé à travers champs.

Si vous y allez lors des visites guidées comme je l’ai fait ce matin, vous en saurez plus sur les secrets de fabrication à la méthode BIO et sur les propriétés des plantes. La distillerie et la boutique sont au centre de la propriété et des cultures dans un cadre authentique et agréable, j’ai pu admirer les énormes rangées de fleurs cueillies au séchage juste après la récolte, admirer des yeux et du nez car l’odeur de fleur est délicatement omniprésente lors de toute la visite. J’ai découvert ce matin que la méthode qu’utilisent ces producteurs agricoles a plus de quatre mille ans et que le procédé est inchangé, en opposition aux méthodes modernes et chimiques des produits industriels.

Une présentation détaillée est faite de chaque plante et en fonction de ce dont on a besoin pour soi même on sait quelle fleur est faite pour chacun de nous, selon si on a la peau ceci ou cela ou si on veut juste s’assurer d’être belle forever sans tricher.  J’ai également appris que la même plante, selon le sol et le climat où elle pousse développera des propriétés différentes, et bien sûr l’immortelle qui pousse en Corse est la plante de beauté par excellence au sens même moléculaire de terme.

Pour ceux qui aiment les visites à thème le domaine propose des activités comme les visites guidées, les ateliers de fabrication de savons et des balades à poney dans les cultures pour les enfants, ainsi que des ateliers de massage pour utiliser les huiles de la distillerie: informations sur le site de lOffice de Tourisme de Corse Orientale http://www.corseorientale.com/domaine-a-muredda.html

Domaine Amuredda, huiles essentielles et cosmétiques. Certifié BIO, cultivé distillé produit et vendu sur place. Référencé dans le guide de la route des sens authentiques de Corse : http://www.gustidicorsica.com/fr/8-132/producteur/francisci.html

Site internet pour la vente par correspondance www.domaine-amuredda .fr

Lucie

Cette année je n’ai rien créé dans le thème des oeufs des lapins ni des agneaux  et en ce premier avril je n’ai même pas trouvé une blague à faire, mais j’ai trouvé une perle dans mes photos de famille qui vaut au moins un trésor entier. Cette image illustre bien le paradoxe de la tendresse que nous avons pour ces chevreaux et agneaux partagés en famille en parfaite communion.

Elle était si jeune et si belle, quelle chance d’avoir cette image un peu « posée » de ma grand-mère qui conserve pour toujours ce moment de vie et qui nous rappelle avec tendresse son souvenir. 

Bonnes fêtes de Pâques à tous

Application Gusti di Corsica


Bonjour, aujourd’hui je m’adresse aux geeks fans de la Corse pour présenter une application bien utile aussi bien pour découvrir l’ile que pour me trouver! Il s’agit de l’application liée au site de la Route des Sens authentiques de Corse www.gustidicorsica.com que l’on peut télécharger pour Android sur Googleplay ici https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.corsicaweb.gustidicorsica&rdid=fr.corsicaweb.gustidicorsica&pli=1 (Il existe une version IOS dans iTunes mais je n’ai pas pu la tester car j’ai un Android) Application développée par l’agence corsicaweb  à Bastia. Je vous avais déjà parlé de ce programme de développement rural géré par l’Odarc #gustidicorsica à l’époque  à laquelle mon atelier y avait été inscrit comme étape numéro 55 de la route « Corsica Livantina » dans un article spécifique que je vous invite à consulter ici: http://www.medusacorsica.com/2017/06/gusti-di-corsica-strada-di-i-sensi/    Pour les non-geek je remettrai le guide papier bien évidemment avec plaisir soit au marché soit à l’atelier.

Partir

Dans cette chambre  était né mon grand-père en 1911. Quand on en admire la vue aujourd’hui, on est en droit de se demander pourquoi il est parti. Pourquoi partir quand on est heureux, pourquoi quitter un paradis pour un autre, pourquoi faire ce chemin qui nous attriste et dont le retour est souvent trop provisoire, pourquoi vivre toute une vie à attendre la retraite pour « rentrer ». Une fois au pays il racontait les parties de chasse au sanglier avec son père dans cet autre pays ou il avait été si heureux au loin tout en m’assurant que le bonheur était bien ici ou nous étions. Le goût de l’aventure l’ambition l’amour le devoir chacun sa vérité, chacun sa raison de partir et chacun ses entraves au retour. Quand on part on travaille on vit et si on a la chance d’être tombé dans un autre paradis, on y aime. S’ensuit inévitablement la naissance d’un nouvel attachement qui à chaque « retour » devient à son tour un regret, un manque nouveau. La diaspora et son sentiment d’exil se transmettent de génération en génération avec le même amour au goût amer.

histoire de Myrte

Ce n’est pas la peine de me demander la recette, j’ai fait un mix prise de chou avec le wikipedia français et le wikipedia de Sardaigne car les exemples de dosages proportionnels en sirop des sites de recettes corse j’ai rien compris. Donc ce cru ci est un cru médusien très artistique à base de Grappa et baies de myrte Corse en vadrouille. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a et si c’est bon c’est bon si c’est pas bon c’est bon quand même. De toute façon à partir d’une bonne Grappa je ne pouvais pas faire du mauvais, et au moins c’est joli à voir. Reste à trouver une bonne excuse pour la goûter ….

Perles bleues en forme de baies de myrte avec feuilles vert-or. Pot récupéré avec bouchon customisé d’un gros cabochon jaune et méduse millefiori cerné de graines vertes.

(Autres photos dans l’article de blog)

Ghisoni, 2017 et 1975


Ces images de différentes époques sont combinées dans un montage vidéo sur le thème de « Ghisoni ». Je commence avec des photos prises cet été 2017 et quelques clichés de 2016 qui montrent des vues du village et quelques images de fête. Le Pin Fourchu il y a quelques années encore resplendissant et plus loin dans le temps Ninon de Toussaint filmée en VHS en 1985 ou 86. De cet été j’ai aussi ajouté une courte vidéo filmée dans le défilé de l’Inzecca. Le bonus 1975 est une petite surprise découpée dans un film de famille en super8, mon père avait filmé ses copains à la pétanque sur la place. Voilà donc un condensé de presque 6 minutes de Ghisoni, avec toute mon affection pour mon cher village et ses habitants. Bises, Cathy.

Je recommande de cliquer sur HD dans les paramètres avant de visionner.