Ange coquin

ange coquin sur crâne

Depuis quelques temps sur la page FB de notre groupe de modeleuses j’ai surtout partagé des représentations d’anges car cette page nous sert de source d’inspiration, et Février le mois de Cupidon était la bonne période pour un thème de groupe sur le sujet. Les anges que nous avons créé avec mes partenaires d’AFC  sont publiés ensemble ce jour sur le journal PDP.

Voici le mien, délaissant le côté glamour et angélique habituel de Cupidon pour lui attribuer une personnalité plus coquine. Lui même semble surpris de ce qui lui arrive! J’avais déjà modelé un cupidon il y a des années, et à les regarder tous les deux c’est fou comme ils sont différents, l’un vêtu d’or et l’autre tout nu. Sept ans les séparent, une éternité!

Sources: L’inspiration pour mon ange coquin est un mélange entre un satyre du Musée du Louvre dont j’ai gardé un souvenir amusé, et d’un pendentif en forme de zizi publié récemment sur la page du Musée d’Aléria.

ange coquin en plein vol
fabrication de l’ange coquin
Version 2010 de Cupidon

Pasta macchina dégradés et craquelés

Avec la pasta machina, j’ai fait un dégradé de bleus, qui m’a servi de base à ce papillon. Le dégradé multicolore « arcenciel »  a été obtenu suite à au moins 20 passages à la machine pour une spirale assez sympa, et avec les restes d’autres spirales dans l’autre sens.

Des papillons sur les dégradés ….

Toujours dans les dégradés, j’en ai fait un arc en ciel. Le jaune à l’intérieur, pour finir avec le bleu azur. La cane spirale qui en ressort et très fun. Superposition d’une fleur en centre sur cette perle, avec un papillon par dessus. Du bleu nuit à l’azur, une autre perle.

Avec seulement une touche de malice, pour une feuille de vigne très…Farfalle !

Le petit tas de perles qui en est sorti, cuites avec leur fil de métal, reste à faire les boucles. Un futur sautoir ? ….

Essai de feuille d’or en craquelé. J’ai utilisé la machine pour tendre une feuille de couleur cuivre régulière. Sur la pâte crue, une couche de « gilding paste » de « gédéo » à laisser sécher 15 minutes avant d’appliquer la feuille d’or. Après séchage, repasser dans la pasta machina une fois au plus grand, puis étirer à un cran en dessous. Mon résultat n’est pas terrible, j’ai trop malaxé les perles et l’or est resté un peu sur mes mains. J’aurais du laisser sécher encore un peu plus. Mais, c’est pas mauvais comme effet, surtout que je vais probablement les monter en association avec les cailloux chiffonesques de septembre.

Vernissage du toutime, les bruns à feuille d’or et les marbre blanc frottés d’acrylic or.

Pour le montage, je dois y penser un peu plus, on verra ça plus tard.
A suivre..