Porte clefs vachette et souris

Bonjour à tous. J’ai enfin reçu mon APN réparé et photographie mes perles de janvier et février. Certaines ne sont pas encore poncées et je lustre les autres. Une médusette rose arrivera ornée d’une nouvelle canne bleue, et une série de perles assorties dont un MAXICOEUR et autres bijoux dont le montage est en cours. J’aime toujours autant les motifs de fleurs, ces couleurs et les différents fondus que l’on obtient en polymère sont à mes yeux le printemps tous les jours. On peut se vêtir de noir de sombre de triste et même se maquiller le plus sobrement possible, il suffit de porter une touche multicolore de « sfumato » de polymère orné de fleurs arc en ciel et il me semble que les rencontres sont immédiatement plus heureuses, plus agréables, plus printanières, comme si la joie des couleurs se reflétait dans le regard des autres. En attendant le soleil, voici ces quelques mots plein de bonne humeur, à bientôt pour des images de mes dernières créations.
Medusa.


Lien vers l’article consacré à cette canne Diddlina

 

Canne Diddlina

Le modèle est le coussin, et la canne à peine faite lui ressemble. Mais comme je n’avais plus de blanc soft, j’ai utilisé (chose à ne jamais faire pour une canne!) une pâte blanche de constance différente. J’ai mélangé avec un peu de soft mais sans obtenir la même consistance que la soft utilisée pour le bleu du noeud. Donc, à la réduction, le bleu du noeud est sorti par l’extrémité de la canne.
Le résultat réduit n’est pas si mal, mais le noeud est bien plus petit que celui souhaité. Donc la prochaine fois que je m’attaque à un figuratif de ce type, je m’assurerai d’avoir le matériel avant de bidouiller à la va vite, car le résultat ne correspond pas à ce que je voulais et la quantité de rebus est énorme!
La différence entre l’opaque du bleu et le profond des blancs et roses qui ressort après cuisson, donne un effet de premier et second plan involontaire mais amusant.
Je fais des essais sur des perles, un verre de gnôle, une tête de crayon que voici : cherchez l’intrus(e) !