Francesca work in progress

Francesca ritratto prove di misure
Francesca creta ritrattistica 10 novembre

Après avoir réalisé le portrait de mon fils en classe à Florence l’an dernier j’avais promis à ma fille de l’y sculpter elle aussi, à cause du lockdown la leçon de portrait cette année se fait à la maison. On se rattrapera, quand on ira à Florence on ira trainer aux Offices et aussi en ville et on mangera des pizzas et des glaces ensemble, bientôt j’espère. Certaines séances sont en « live » avec le « maestro » en video qui observe mon travail et me donne des conseils. Et quand on est tous en train de travailler à l’écran, l’image de la classe forme une mosaïque de têtes en terre avec des humains qui les travaillent chacun la sienne dans son carré, dans un des carrés le prof nous parle chacun à son tour, c’est cruel mais sympathique. Voici la toute dernière séance de ce lundi 16 novembre qui s’est terminée par un « Mets donc un fruit sur le chignon qu’on puisse voir ce que ça donne … ». Ce qui me plait dans cette image c’est qu’il y a ma fille dans une version « Promethéenne » comme si après l’avoir faite de mon sang je la fabrique maintenant en terre, couronnée de l’esprit visuellement joueur de mon professeur à travers ce fruit en équilibre. Beaucoup d’enseignement aujourd’hui. Cette figure fait partie d’une composition future dont je vous invite à suivre la progression, en attendant je vous laisse avec cette version « à la grenade »

Francesca ritrattistica creta non finito 16 novembre « prova col melograno »
Francesca ritratto non finito 16 nov 2020 « prova col melograno »
Francesca in creta « prova col melograno » a colori

20 novembre ajout des oreilles et augmentation du chignon.

20/11/2020 Francesca ritratto work in progress
20/11/2020 Francesca ritratto work in progress
23 novembre prova con la conchiglia

23 novembre fabrication du coquillage et essai de mise en place de la composition future. Francesca qui écoute la mer dans le coquillage l’esprit en voyage vers nos lointains rivages .

Bonbonnières Francesca et décor de gateau

Personnage principal : la jeune personne de la cérémonie, ici ma fille et sa gracieuse mouche!

Les bonbonnières sont l’art de présenter les petits cadeaux accompagnés de dragées que l’on offre en souvenir d’une cérémonie.
Je vous propose de suivre ce que j’ai préparé pour la confirmation de ma fille, quelques dragées dans un cercle de tulle, avec à l’intérieur un cœur rouge sang, couleur de la cresima<-confirmation, et à l’extérieur, un rouleau contenant le nom date etc., avec une clochette décorative, et une médaille à colombe en relief.




Il faut du tulle, de la ficelle blanche pour le nouer, des rubans, des fiches décoratives en papier, et l’idée du symbole à offrir.
Pour le cœur, je fais 20 boules rouges unies de même taille que je couvre de mokumé rouge obtenu avec du grenat prémo et différents dosages de colorink dans le translucide, des feuilles d’or. Les cœurs finis sont liés avec du raffia fin rouge au rouleau de parchemin, et à la clochette.




D’un autre côté, je prépare des médailles au motif en relief de colombe, obtenu par moulage d’un pendentif en bois du commerce. Chaque médaille a sa clochette assortie, et toutes les médailles ont des nuances de mokumé différents. Pour différencier la colombe du plat de la médaille, j’applique autour des pigments bronze au médium lumière. Avec du câble de fer zingué je prépare un support, une spirale de base pour le fond du sachet, et un creux dans la tige pour coincer le cœur et le rouleau, finition en spirale décorative en haut. Le tulle à fleurs a des trous assez grands pour y passer la cordelette blanche, et je place du tulle plus fin coloré à l’intérieur en déco. Le support de métal est placé au centre, et je commence le remplissage. Le fil de papier rouge est coincé dans le creux, cœur en bas pour être dans le sachet avec les dragées, rouleau et clochette en haut qui sortiront du sachet au delà du nœud.




Je place les dragées (ici 5 mais on peut en mettre 3,5 ou 7 ou 15!) et hop, le fil blanc resserré forme le sachet tout seul autour du support de métal. Avant de faire le nœud, je contrôle que le parchemin et sa clochette dépassent bien avec la spirale de métal, et je serre bien le fil dans un nœud papillon simple.




La médaille est nouée dans un ruban, qui lui même est noué au cœur de métal du sachet en boucles papillon, à côté du parchemin. Je veille à disposer les 3 décors de façon harmonieuse pour soigner la présentation.




Bien sûr, cela prend du temps, et se trouvent facilement des choses toutes prêtes « madinloin » très convenables, mais quand on peut, on fait ! C’est toujours mieux !