Inspiration Art Nouveau

Ce premier thème de l’année sur le groupe de discussion polymère Creationfimo est dédié à l’Art Nouveau, période courte et prolifique du début 19ème. J’ai observé différents artistes, et imaginé me retrouver à cette époque dans un environnement de courbes et de formes comme si la déco et tout l’univers qui en dépend prenait vie. Oui, c’est ce que cette période créative m’inspire, donner la vie aux objets par le mouvement lent et imperceptible de la croissance d’une plante. J’avais envie d’aborder Klimt dans sa période dorée femme et fleurs, puis me suis concentrée sur Mucha car certaines images se prêtaient bien à un détournement de méduse. La délicatesse de son art me touche, pourtant j’ai retiré cet aspect de l’image pour y mettre la touche d’humour du sourire ravageur de la méduse. J’ai repris la structure d’un bijou constitué d’une pièce maitresse et de pendants, la représentation de profil, le fond doré, les fleurs en ornement et les courbes dans les cheveux.
L’idée de travailler la déco dans son ensemble, de la petite pièce d’un peigne à cheveux jusqu’à l’architecture d’un quartier entier, en passant par tous les meubles et motifs d’ornement, est une démarche qui me plait. Ce fut un réel plaisir à travailler ce thème car fouiller toutes ces images a produit en moi une grande envie de faire tout ce que je peux pour embellir tout ce qui peut l’être. Envie ambitieuse mais sincère.

Quelques photos de la fabrication, pâte crue, poudres de pigments dorés, résine, quelques pièces en plus et une bague.

C’est avec plaisir que j’anime ce thème, parfois il y a beaucoup de participation parfois peu. Les sujets ne sont jamais faciles, mais sont toujours abordables à différents niveaux. Pour voir les autres participations à ce même thème, allez sur le journal francophone de l’argile polymère, Parole de pâte, pour lire l’article qui y est consacré.

Femme taureau, Comment j’ai tué le minotaure

Comble du mauvais goût en matière d’arts décoratifs pour certains regards classiques, l’objet à paillettes imposant et figuratif en tout genre est sublimé ici de façon fonctionnelle en un porte sautoirs. Hauteur 60 cm Bois Pâte DAS peinture résine. Je me suis bien amusée à le faire, et ça me plait de le regarder avec ses franges de sautoirs. Voici différentes étapes de la réalisation de cette femme taureau, depuis les bouts de bois de récup et les fils de fer zingué sur les visses, jusqu’au modelage de pâte d’argile à séchage à l’air. En passant, j’ai créé du volume avec du papier trempé dans du plâtre et de la colle blanche, pour les cuisses et le drapé sur le socle. La bêtise de cette affaire, est que j’ai ajouté les formes en pâte sans attendre assez le séchage complet du papier collé et que le volume final a craquelé dans la nuit. Oui, quand on fait n’importe comment, on a des surprises, de plus les parties ajoutées se rétractent un peu en séchant et se décollent. Le lendemain, j’ai enduit de colle les fissures et j’ai lissé de nouveau au pinceau de plâtre (gesso pébéo). Cette fois ci, j’ai laissé sécher complètement le corps avant d’attaquer la partie décoration en couleur, avec des vinyles flasche de LB,  je termine avec des ajouts collés qui brillent pour faire vraiment fun et de la résine pour accentuer les effets.

Ma toute première sculpture de poupée

Un petit brin de nostalgie aujourd’hui avec cette sculpture de bois en forme de statuette que j’avais faite au lycée avec un cutter pendant les cours de philo. Mon prof était blanc le matin, et rouge l’après midi. Quand on pense que les élèves à la cantine n’avaient que des carafes d’eau! Que faisaient donc les profs? Le résultat, est que les cours après le repas étaient d’un ennui mortel. Lorsque nous quittions la salle, je laissais une trace de mon passage par un monceau de copeaux sous ma table…
ETUDIANTS! Ne suivez pas mon exemple!

sculpture de bois (noyer), statuette de fille, faite au cutter.

Je considère cette sculpture en bois comme ma toute première médusette avec beaucoup d’affection 😉

1989 Statuette 4,5 x 8,5 cm, trouée aux oreilles pour cordon de cuir.