pasta machina

Mon beau cadeau, qu’est ceci?

Ici, tout le monde a une pasta machina (se prononce pasta makina), et parfois, ma voisine me fait goûter ses tortellini maison. C’est délicieux! Sauf qu’il faut se les rouler les tortellini! Elle fait ça devant la télé le soir, comme d’autres font du tricot. J’ai toujours dit que je achèterai jamais cet engin, symbole de la soumission féminine, qui ne peut même pas regarder la télé sans rien faire! Vous pouvez penser que c’est dommage d’être si catégorique, et vous avez raison! Je devrais faire des progrès culinaires, au moins ne plus rien faire brûler… surtout que moi aussi j’aime à faire quelque chose devant la télévision, comme des perles par exemple ! La pasta machina sert aussi à faire le gnocco, sorte de pâte très fine coupée en triangles que l’on frit dans la graisse de porc bouillante comme des beignets, et ça gonfle. C’est délicieux et pas si gras que ça, on le mange comme les tigelle garni ou sans rien.
Ce qui est sûr, c’est que je vais bel et bien mettre dedans de la polymère !